Comment évaluer le tempérament d’un chat à l’adoption ?

Ça y est c’est décidé!! Vous allez adopter un chaton.

« Bah ouais mais si je choisit pas le bon? »

« Et si celui que je choisis il est invivable? »

« et si… »

Pas évident c’est vrai.

Observez et manipulez le chaton que vous pourriez adopter

La première chose à faire est l’observer. C’est la méthode la plus efficace (en plus d’être la plus simple) pour jugez le tempérament d’un chat. Vient il spontanément vers vous? Se cache t’il derrière ses frères et sœurs? Part il explorer la pièce? Se laisse t’il caresser facilement? Votre chat idéal est surement un chat câlin, joueur, curieux ou encore extraverti.

Ne donnez pas toute votre attention à un seul chaton, observez les tous. Même si vous pourriez avoir un coup de cœur pour un pelage en particulier, assurez vous de les regardez tous sans discrimination. Même si il est encore trop tôt pour prédire avec exactitude le comportement d’un chat, on peut assez facilement repérer le caractère d’un chat dans les premières minutes.

⇒Est il socialement adapté?

Si lorsque vous prenez le chat dans vos bras et que celui ci se laisse manipulé, c’est bon signe. Il se laisse prendre sans feuler? il ne se cache pas à votre approche? alors vous avez peut être trouver votre futur animal à 4 pattes. Si par contre, celui ci se crispe, s’agite ou pire encore, feule lorsque vous tentez de le toucher et de le manipuler, alors passez votre chemin. Même si ce comportement peut s’estomper avec le temps, vous ne voulez pas prendre des semaines pour l’apprivoiser pour arriver à un résultat incertain.

Prenez le chat par la nuque

⇒Le réflexe de portage

reflexe portage

réflexe de portage

« Le réflexe de portage est la posture caractéristique qu’adoptent les chatons lorsqu’ils sont pris par la nuque (comme le fait leur mère avec ses dents pour les transporter). Leur tête bascule sur le côté, leurs yeux sont mi-clos, ils ont l’air un peu hébété, leurs pattes antérieures se replient et pendent mollement, leurs pattes postérieures fléchissent également, leurs genoux remontent, et enfin leur queue vient se placer contre leur ventre. Le chaton se détend et ne bouge plus, il peut même s’endormir, sa sensibilité aux contacts est fortement diminuée.

S’il inhibe ses mouvements lorsqu’il est suspendu, c’est qu’il est capable de contrôler ses gestes. Cette réaction simple prouve donc ses compétences dans le domaine des autocontrôles. Le chaton sera a priori capable de maîtriser ses griffes et ses dents lors de séquences de jeu ou de combat, et de stopper les coups de patte ou les morsures selon les réponses de ses partenaires.

Si un chaton adopte cette position lorsque vous le prenez par le cou, c’est qu’il a bénéficié de soins maternels. Si, en revanche, il s’agite, écarquille les yeux, miaule, écarte les doigts et les pattes, cherchant à se soustraire à la prise, vous pouvez en déduire qu’il a eu une mère absente ou incompétente (trop jeune, trop stressée par ses conditions de vie…). Les mères qui portent peu ou mal leurs chatons n’entretiennent pas cette réponse, qui ne perdure pas.

En pratique, un chaton qui ne possède pas de réflexe de portage à six ou huit semaines ne devrait pas être placé dans un foyer avec des enfants jeunes ou des personnes dont la peau est vulnérable (malades ou personnes âgées). Il sera plutôt destiné à des propriétaires déjà expérimentés dans l’éducation de jeunes chatons, qui termineront le travail que la mère n’a pas pu – ou su – mener à terme. »

Guide pratique du comportement du chat

[ratings]

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*